Etre jeune c’est dur, devenir vieux aussi!

Une année de la jeunesse, ça suffit!

De juillet 2010 à juillet 2011, ce fut l’année mondiale de la jeunesse. On sait ce qui en advint : des « indignés » à Madrid et un peu partout dans le monde, un printemps arabe qui leur doit beaucoup. Mais l’année est maintenant terminé et les jeunesses du monde ont un peu la gueule de bois. C’est vrai dans les pays arabes où elles se sont fait confisquer leur printemps par des politiciens religieux. C’est vrai aussi et surtout en Europe où elles payent un lourd tribu à la crise

http://www.ouest-france.fr/actu/international_detail_-En-Europe-le-chomage-percute-la-jeunesse-_3637-2068543_actu.Htm

« En Europe, le chômage percute la jeunesse « 

Longtemps, la France et l’Espagne ont partagé le douteux privilège d’avoir un taux de chômage des jeunes élevé. Depuis trois ans, cela se généralise à toute l’Europe, exception faite  peut-être de l’Allemagne. Tant que le soutien familial durera, cela tiendra mais, la crise durant, ce soutien devient lui-même de plus en plus précaire. Une société qui sacrifie ainsi sa jeunesse se sacrifie un petit aussi. Ceci explique sûrement ces gestes de colère désespérée qu’ont recueillis nos urnes dominicales.

Il faut décidément se méfier des » années mondiales ». Elles ne sont là le plus souvent que pour se donner conscience pendant 365 jours.

Après, c’est souvent pire.

L’auteur de l’article ci-dessous à raison de conclure par cette phrase terrible :  » Partout,  les jeunes  vont à reculons vers l’avenir »

Manquerait plus qu’une année de la vieillesse!

Et à l’autre bout de la chaîne de la vie, ce n’est guère plus réjouissant. Nous nous glorifions en France de vivre plus longtemps que nos voisins européens. On a les glorioles qu’on peut. Il faut reconnaître que cela est peut-être dû à l' »excellence » de notre système de santé qui nous maintient en vie plus longtemps qu’ailleurs. Oui, mais dans quelles conditions!

http://www.ouest-france.fr/actu/societe_detail_-Nous-vivons-plus-vieux-oui-mais-pas-tres-bien-_3636-2068141_actu.Htm

« Nous vivons plus vieux, oui mais pas très bien. »

Cette étude de l’INED est intéressante car elle met en lumière un des défauts majeurs de nos sociétés qui est de mesurer la quantité plutôt que la qualité. Ici, il s’agit de quantité de jours de vie contre une qualité de la vie. Vivre 2 ans de plus que les Suédois, c’est peut-être bien  mais vivre  10 ans de plus de rhumatismes, d’affections diverses et variées et être de plus en plus dépendant, n’est peut-être pas forcément un privilège.

Pas besoin d’une année mondiale de la vieillesse pour prendre conscience que là se trouve un nouveau défi pour nos sociétés. L’exception suédoise devrait être analysée de plus près, plutôt que de regarder d’un air méfiant ce pays qui remet au travail ses retraités. En y regardant de plus près, peut-être y verrions-nous que l’Etat providence qui a fait le succès du modèle suédois dans les années 60 à 90 a créé des conditions de vie favorables à une prévention des maladies dues à l’usure au travail.

A contrario, les modèles productifs allemands et français apparaitraient comme des facteurs aggravant de ces troubles.

Vous voyez qu’il n’est nul besoin d’une année mondiale de la vieillesse pour y réfléchir.

Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.