Brèves de compteur n° 57 Le démantèlement des centrales nucléaires

Le démantèlement des centrales nucléaires : on commence à en savoir plus.

Le journal « Le Monde » a consacré une série d’articles au démantèlement des centrales nucléaires, ce qui permet d’y voir un peu plus clair même s’il reste encore beaucoup de zones d’ombres

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/03/05/le-demantelement-des-centrales-nucleaires-un-marche-prometteur_1648968_3244.html

Le démantèlement des centrales nucléaires, un marché prometteur

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/03/05/au-c-ur-d-une-centrale-en-demantelement_1648096_3244.html

« Au cœur d’une centrale en démantèlement »

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/03/05/edf-a-adopte-une-strategie-de-demantelement-complet-et-immediat_1648682_3244.html

« EDF a adopté une stratégie de démantèlement complet et immédiat »

Tout d’abord, on y apprend que le marché du démantèlement est un gigantesque marché au niveau mondial. Rien que pour la France (58 réacteurs) le marché est estimé (fourchette basse) à 20 milliards d’Euros par la Courdes Comptes. Il y a actuellement 440 réacteurs en fonctionnement ou à l’arrêt dans le monde.

Ceci rend évidemment caduc les propos de Monsieur Proglio et de Monsieur Besson : la sortie du nucléaire, loin de supprimer des emplois, va en créer, ou du moins en maintenir pendant quelques décennies encore.

Comme les savoir-faire sont moins répandus dans le monde que les centrales elles-mêmes, cela ouvre quelques perspectives à l’exportation pour ces entreprises qui disent craindre aujourd’hui pour leur pérennité.

Mais, deuxième information, nous apprenons aussi que ces savoir-faire « made in France » sont pour beaucoup, purement théoriques.

Alors que les Etats-Unis ont déjà réussi à démanteler 14 centrales, nous peinons à déconstruire les premières, c’est-à-dire les plus petites. ET encore, il a fallu à Brennilis que des associations obtiennent qu’on arrête provisoirement les travaux, tellement ce qui se faisait était peu compatible avec la sécurité des riverains.

Et surtout, troisième information et de loin la moins rassurante : on ne sait toujours pas que faire d’une partie des matériaux « déconstruits ». On avait déjà des inquiétudes sur le stockage des combustibles irradiés. Si en plus, il faut aussi s’occuper de stocker les tuyaux et les cuves contaminés, on n’est pas sorti de l’auberge nucléaire !

On comprend pourquoi certains ne voulaient pas entendre parler de démantèlement et que d’autres veulent prolonger la durée de vie. C’est une forme particulière de procrastination : en reportant la décision, ils espèrent que la solution viendra toute seule. Malheureusement pour eux, je crains qu’il n’y ait pas de « fée nucléaire ».

ET quand on pene que certains en veulent encore de nouvelles : le chiffre de 8 EPR a été lancé la semaine dernière. Au fou !

Petite lueur d’espoir : si l’Allemagne, qui a décidé de sortir du nucléaire, si le Japon, qui est sorti de facto du nucléaire, si la France, qui devrait bientôt se décider à en faire autant, unissaient leurs efforts de recherche dans la déconstruction nucléaire, voilà trois types de génies industriels, qui combinés pourraient faire merveille. Il faudrait peut-être le leur suggérer.

Publicités
Cet article, publié dans développement durable, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Brèves de compteur n° 57 Le démantèlement des centrales nucléaires

  1. Ping : Brèves de compteur n° 57 Le démantèlement des centrales … « Tous Créateurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s