Faut-il en rire ?

Parus le même jour dans deux journaux connus pour leur sérieux rédactionnel voici deux articles aux titres un peu différents au contenu rédactionnel strictement identique mais il semblerait que le second ne soit plus disponible en ligne.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20120301trib000685710/un-groupe-secret-de-creanciers-de-la-grece-se-reunit-en-urgence-aujourd-hui.html#xtor=EPR-2-[Morning+Briefing]-20120301

Un groupe secret de créanciers de la Grèce se réunit en urgence aujourd’hui

http://www.lemonde.fr/international/article/2012/03/01/dette-grecque-reunion-secrete-d-un-groupe-de-banquiers-et-d-investisseurs_1649970_3210.html

Dette grecque : réunion en coulisse d’un groupe de banquiers et d’investisseurs

Une telle ressemblance ne pouvait pas être le fruit du hasard.

Face à cela, fallait-il sourire de la forme, c’est-à-dire cette sorte de rouerie des rédactions qui ferait passer pour œuvre journalistique ce qui n’est qu’une simple reprise  d’un texte rédigé ailleurs ?

Ou fallait-il au contraire s’inquiéter du fond c’est-à-dire de ces réunions secrètes autour d’un chef d’orchestre omni-présent, Goldman Sachs. Oui le même Goldman Sachs qui conseillait les gouvernements grecs successifs dans leur course folle vers l’abîme, le même Goldmlan Sachs qui a employé et formé, le premier ministre grec, le président du conseil italien et le président de la BCE et qui a fourni deux secrétaires d’Etat aux Trésor à deux présidents américains successifs.

Faut-il surtout s’inquiéter de ce que cette information émane du Wall Street Journal, le même journal qui nous avait annoncé, bien des mois à l’avance , qu’une réunion discrète (déjà) s’était tenu dans un grand hôtel new-yorkais (qui n’est pas le Sofitel) pour parler de la dette souveraine européenne. On connaît la suite !

Faut-il enfin s’offusquer qu’un journaliste considère comme quantité négligeable 3.2 milliards de dollars, quand on sait que cela permettrait de faire fonctionner tous les tribunaux français pendant une année entière?

Finalement, je préfère quand même sourire de la paresse intellectuelle de ces journalistes, qui de toute façon ont une excuse toute trouvée : par définition le contenu d’une réunion secrète est inconnue et il est donc difficile d’en rendre compte car elle donnent rarement lieu à une conférence de presse, ni même un communiqué.

Publicités
Cet article, publié dans mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s