Faut-il en rire ?

La justice à deux vitesses

En général quand on emploie cette expression, c’est pour signifier qu’il existe une justice clémente pour les uns (les puissants) et rigoureuse pour les autres (les humbles).

Mais ici cette expression doit être prise dans son sens premier : il existe bien une justice rapide et une justice lente mais paradoxalement,en l’occurrence, cela sert les mêmes intérêts.

Explication/ Le Président de la République s’est pourvu en cassation dans une affaire privée concernant le piratage de son compte bancaire. Mais comme cela touche au statut pénal du Président (un principe d’équité voudrait que s’il ne peut être attaqué en justice, il ne puisse attaquer à son tour), la cour de cassation qui aurait dû statuer depuis mai dernier à décider d’attendre juin pour donner son avis. D’ici là pense-t-elle, le statut du plaignant aura peut-être changé et la question sera devenu sans objet. Ceci explique cet excès de lenteur

Un proche du Président de la république était mis en cause dans une affaire pas claire de financement du logement social. Le parquet s’est dépêché de requérir une peine somme toute légère sur le seul chef d’ »abus de biens sociaux » alors que l’affaire méritait aussi la qualification de « prise illégale d’intérêts », d’ »escroquerie », d’ »abus de confiance » d’après les parties à l’affaire. Il valait donc ne pas trop tarder et faire la part du feu. C’est pour cela sûrement qu’il y a cet excès de précipitation à rendre ses conclusions. On a connu le parquet de ce TGI moins diligent sur d’autres affaires.

La qualité du service public privatisé

Vous avez sûrement remarqué que la plupart des transports en commun ont été privatisés ou en passe de l’être, puisque même la SNCF va devoir affronter la concurrence de Veolia et autres opérateurs à géométrie variable.

Faut-il y voir un lien de cause à effet mais  le J.O. publiait le 15 février un décret instaurant une  « autorité de la qualité de service dans les transports » et un « haut comité de la qualité de service dans les transports » . C’est dire si la confiance règne et que le peuple est joyeux de prendre les transports en commun. Mais le plus drôle c’est que la parution de ce décret a donné lieu à deux bourdes. La première : la représentation parlementaire a été mal calibrée dans le Haut Comité. Du coup dès le lendemain, il a fallu publier un décret rectificatif doublant le nombre de parlementaires siégeant dans cette instance.

La deuxième bourde ne peut être comprise que par les connaisseurs de la vie politique et les spécialistes de la politique de la ville : le président de ce Haut Comité est Eric Raoult, l’inoubliable ministre de la ville.

Monsanto rit, Monsanto pleurera peut-être, Monsanto nous embête !

Il y a peu de temps, c’était la nouvelle de la condamnation de Monsato dans un procès l’opposant à un agriculteur devenu invalide qui nous réjouissait. La semaine suivante, c’est la condamnation des « faucheurs volontaires » à payer de très lourds dommages et intérêts à Monsanto qui nous révolte

Mais le même jour, le Sénat mettait en place une mission d’information sur « les pesticides et leur impact sur l’environnement et la santé ». Cela devrait faire moins rire Monsanto.

Et pendant ce temps-là, la encore ministre de l’environnement fait des pieds et des mains pour continuer à garder cette aura de d’anti OGM en faisant le siège de Bruxelles pour obtenir une décision l’aidant à interdire le maïs transgénique mais il semblerait bien que dans son dos , ou « à l’insu de son plein gré », son collègue de l’agriculture essaie de profiter de ces derniers jours pour permettre le lancement d’une campagne de maîs OGM en plein air … en mai 2012. A cette époque de l’année, qui pourra prendre des décisions. Et de toutes façon, si elles peuvent être prises, il sera trop tard…sauf à faire de nouveaux arrachages sauvages. On ne s’en sort pas.
Le rapport interdit

Le président de l’Assemblé avait menacé de ses foudres, toutes personnes publiant le rapport sur le financement des syndicats et organisations professionnelles. Les médias, bravant cet interdit l’ont publié. Il n’y a donc aucun mérite à le mettre en ligne à mon tour. Le risque que je prends est bien léger. N’empêche que ça vaut le coup de le lire, ne serait-ce que noter qu’on n’apprend rien que ne sache déjà par ouï dire. Mais le voir écrit, c’est quand même mieux.  http://www.lepoint2.com/pdf/rapport-perruchot.pdf

Publicités
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s