Le monde de la finance

Quand François Hollande s’en prend au Bourget au « monde de la finance », tout le monde a entendu « les banques ».

Quelques jours plus tard, son principal challenger, même s’il ne s’est pas encore déclaré officiellement, pour le contrer s’en prend lui aussi nommément aux banques avec des phrases définitives « Nous avons les banques les plus importantes d’Europe et quand il faut prêter aux PME, c’est l’Etat qui doit créer Oséo. »

« On se demande à qui les banques commerciales prêtent leur argent. »

« le rôle d’un banquier ce n’est pas d’entretenir une salle de marché où des jeunes ultra-diplômés parient sur des choses aussi intéressantes que de savoir si la Bourse va franchir les 2.000 points ou les 2.100 points. »

Cela peut faire sourire :

1° parce que Oseo n’est pas une création de la crise mais bien le résultat de la fusion en 2005 de l’ANVAR, BDPME et Sofaris

2° parce que s’il se demande à qui les banques peuvent bien prêter qu’il pose donc la question à son ancien collaborateur François Pérol qui dirige une des grandes banques européennes

3° parce que si cette activité de traders  lui paraît si peu compatibles avec le métier des banques commerciales, rien ne l’empêche de faire préparer et voter dans l’urgence absolue la séparation des deux métiers, banque de dépôt et banque d’affaires.

A défaut, les banquiers ont beau jeu de se défendre en utilisant l’argument facile : « j’ai 1.5000 milliards en dépôt, j’ai prêté 1.9000 milliards, j’ai bien utilisé l’argent des épargnants. » L’argument est d’autant plus facile qu’il est faux car le pauvre déposant ne sait pas que dans l’année son argent a été peut-être prêté plusieurs fois et qu’avec l’effet de levier, les banquiers n’ont pas besoin de beaucoup d’argent en propre (juste le niveau fixé par les règles prudentielles de Bâle III). Donc, ils ont fort bien pu faire l’un ET l’autre. En profiter pour tirer à vue sur la taxe sur les transactions financières est également de bonne guerre de la part des banques mais là aussi, on est dans le trompe-l’œil ( la larme à l’œil en plus) puisque dire que les nouvelles règles financières de Bâle III avec une exigence  de niveau  plus élevé de fonds propres en couverture des engagements  couplé avec cette taxation risque de diminuer la capacité prêteuse des banques est un demi-mensonge. Le premier argument est acceptable, pas le second (vu les taux de prélèvement prévu, rapporté au taux de rentabilité moyen des capitaux réellement investis) mais comme les deux sont couplés on est prié de croire le tout.

Mais de toute façon, l’adversaire déclaré de François Hollande mais aussi de Jean-Luc Mélenchon, mais aussi d’Eva Joly, ce ne sont pas « les banques », c’est « le monde de la finance », c’est-à-dire tous ces fonds, fonds prédateurs, fonds souverains, fonds de pension, fonds de placement, qui drainent, en dehors du système bancaire, une grande partie de l’épargne mondiale et l’utilise avec une seule préoccupation, un taux de rendement le plus élevé possible, peu importe la manière d’y arriver.

Ce monde de la finance ne connaît pas les banques, ne connaît même quasiment plus les bourses depuis que les « dark pools » qu’ils animent tiennent le haut du pavé. Donc, on ne les contrôle pas et on aura bien du mal à contrôler et a fortiori à taxer leur flux. Le moyen le plus sûr d’y arriver, c’est de mettre un pied dans leur tanière secrète, là où finalement aboutiront à un moment ou un autre les flux financiers, je veux parler des paradis fiscaux. Jusqu’à présent, sur les trois candidats cités plus haut il n’y en a qu’une qui en a parlé avec un minimum de compétence. On l’a entendu en Islande. En France, on préfère nous parler de …sa façon de parler.

Et si vous ne croyez pas ce que j’écris, allez-donc voir ce qu’écrit un quotidien sérieux et respecté sur les « intouchables » de la finance

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/crise-les-intouchables-de-la-haute-finance-05-02-2012-1590632.php?xtor=EPR-3-[quotidien]-20120205-[detailarticle]

Publicités
Cet article, publié dans detestable, l'économie comme on la subit, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s