La lutte des classes n’a pas été abolie

Dans un billet fort bien argumenté publié par Alternatives Economiques, Denis Clerc taille en pièce le discours d’un éditorialiste emblématique d’une certaines France des possédants (lui-même exploitant viticole dans le Bordelais)

http://alternatives-economiques.fr/blogs/clerc/2011/12/19/mort-aux-gueux/

Mort aux gueux

Monsieur Pécresse par ses écrits montre clairement qu’il a parfaitement conscience de défendre les intérêts d’un groupe social contre les intérêts d’un autre groupe social qui lui est antagoniste. C’est la définition même de « la lutte des classes ». Alors que cela fait longtemps que les partis de gauches ont abandonné cette référence car ils se sont rendus compte qu’ils représentaient des groupes sociaux qui n’ont plus conscience d’avoir des intérêts communs, les penseurs de l’oligarchie ont conservé cette façon de penser et d’écrire parce que, objectivement, ils savent qu’ils représentent un groupe social qui a lui conscience d’avoir des intérêts communs, à commencer par la défense des privilèges. Ce ne serait pas le moindre paradoxe de cette crise que de réhabiliter ce concept qui a animé la vie politique mondiale pendant près d’un siècle avant de tomber en désuétude, l’un des protagoniste ayant été vaincu idéologiquement et économiquement.

Publicités
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s