Chiné dans la presse n°11

Déni de réalité

Pékin étouffe sous une coupole d’air pollué. Compte tenu de la situation géographique de Pékin, compte tenu des conditions atmosphériques qui semblent régner sur la capitale chinoise depuis quelques temps déjà, compte tenu de la densité du peuplement et de l’activité qui règne dans la ville, cela semble aller de soi et c’est une conséquence logique d’une croissance urbaine insuffisamment maitrisée. Tout le monde en convient..sauf les autorités pékinoises pour qui la situation ne cesse de s’améliorer. Il vient quand même un moment où le déni de réalité devient tellement évident que même les foules les plus endoctrinées s’en rendent compte.

Sur ce terrain aussi il y a compétition entre les autorités chinoises et américaines puisque l’ambassade américaine publie parallèlement aux autorités pékinoises des bulletins sur la qualité de l’air qui vont dans un sens radicalement opposé. Gageons que c’est surtout pour protéger les populations, autochtones et expatriés que les services diplomatiques états-uniens font cela et en aucune façon pour gêner leurs partenaires préférés.

Car sur le terrain climatique, il ya connivence entrela Chine et les Etats-Unis et pour le coup ils sont tous les deux, mais pour des raisons différentes, dans le déni de réalité. Dans cette affaire, Pékin est d’ailleurs plus conséquent dans ces jugements : déni de réalité à Pékin, déni de réalité à Durban alors que les Etats-Unis aurait intérêt à appliquer la même vigilance à la qualité de leur environnement qu’il n’en porte à celle de leurs alliés

Un dragon dans le ciel d’Europe

Une compagnie chinoise, à capitaux en partie américain, envisagerait de prendre une position dominante dans une compagnie aérienne française. Cela fait fantasmer certains sur la perte d’indépendance des ailes françaises. Rien de tout cela évidemment, c’est juste « business as usual » mais cela en dit long sur nos frayeurs. Une telle information serait passer sous silence si l’acheteur était Irlandais, Tchèque ou Canadien.

Néocolonialisme

Un rapport de Human Rights Watch dénonce les pratiques des entreprises minières en Zambie, dénonçant des pratiques qui relèvent de l’esclavage pur et simple. Pour se dédouaner, les autorités chinoises parlent des investissements fait dans les infrastructures zambiennes et les bienfaits que cela procurent à la population.

Dans d’autres lieux, pas si lointains et à d’autres époques, d’autres justifiaient leur présence et leur pillage parce qu’ils apportaient la civilisation et/ou les lumières de la vraie religion.

Le colonialisme, quelle que soit ses formes a toujours besoin de ce genre de cache-sexe pour dissimuler sa vraie nature prédatrice.

Bruit de bottes

Ou plutôt « bruit d’hélices » car le président Hu Jintao a appelé la Marine Chinoise à « être prête au combat et à poursuivre sa modernisation afin de défendre la sécurité nationale du pays. »

On ne voit pas qui pourrait lui en vouloir, le Japon, n’a plus de marine depuis 1945, Taïwan a bien quelques vedettes françaises. Restent les Etats-Unis. Mais les Etats-Unis sont les amis dela Chine, non ?

Les amitiés sino-européennes

« La Chine a confiance dans l’euro et est prête à aider l’Europe et l’euro » Cette déclaration d’amitié faite via la diplomatie allemande est autant le constat quela Chinedépend autant de l’économie européenne que l’inverse que la volonté de ne pas avoir QUE des ennemis sur tout.

Recentrage

Depuis quelques mois, on parle sans arrêt de recentrage de l’économie chinoise sur la Chine.C’est une nécessité et une opportunité. Nécessité puisque les débouchés se ferment un peu plus chaque jour, faute d’une demande dynamique aux Etats-Unis et en Europe. Opportunité car quand on a comme la Chine des réserves de change aussi gigantesques, on aurait tort de ne pas les utiliser pour développer son marché intérieur.

C’est ce qui arrive ainsi sur le marché de l’industrie solaire. L’Europe et les Etats-Unis déclarant un peu forfait, cela ne sert pas à grand-chose d’être devenu le n°1 des panneaux photovoltaïques si il n’y a plus personnes pour les acheter. Donc les autorités chinoises ont fait ce que font tous les gouvernements dans ce cas-à, ils ont instauré un tarif de rachat de KW solaires avantageux. Compte tenu de la pollution de l’air dans les grandes villes, un programme massif d’investissement sera une bonne initiative y compris pour la planète. Espérons toutefois qu’il n’est pas trop tard pour Pékin car à travers le brouillard, l’efficacité des panneaux est quand même réduite.

Publicités
Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s