Chiné dans la presse n°11

Il n’y a pas que la dette souveraine dans la vie !

Les Européens comptent beaucoup sur les Chinois et leurs fabuleuses réserves de change pour venir au secours de la dette publique européenne. C’est certain que ceux-ci répondront « présent ! » un jour mais pour l’instant, ils ne se précipitent pas trop. Cela peut se comprendre, d’autant qu’ils ont remarqué que l’Europe avait beaucoup mieux à proposer que des obligations et des bons du Trésor. Ce sont ses entreprises. Et le ministre du commerce chinois parle déjà d’une grande tournée de shopping dans les capitales européennes en commençant par le Royaume-Uni. Compte tenu des méthodes appliquées quotidiennement dans les pays d’origine, est-il préférable pour un salarié européen de bosser dans une entreprise dont le capital est détenu par un  allemand comme Continental, par un Américain comme Mollex, par un Canadien comme à Photowatt ou par un Chinois ?

Il y a plus qu’un vice caché !

Lors d’une opération de maintenance, un avion d’une compagnie aérienne française a été victime d’un incident peu banal dont la presse a largement rendu compte. Qu’il manque trente vis sur un panneau de carénage a l’issue d’une visite de contrôle de routine, voilà qui fait désordre. Que cela soit le fait d’une entreprise chinoise, cela confirme pour certains, ce qu’il pense de la qualité chinoise. Que cette entreprise ait été choisie par la compagnie aérienne française sur un critère d’excellence de qualité laisse songeur, soit sur les procédures qualité de l’entreprise chinoise, soit sur les procédures de sélection de ses sous-traitants par la compagnie française. Heureusement que dans la procédure, il était prévu à un moment de vérifier la livraison. Il faut dire que 30 vis manquantes, ça ne doit pas passer inaperçue.

Mais pensez-vous qu’on en aurait autant parlé s’il s’agissait d’une entreprise de maintenance allemande et d’une compagnie française de transport maritime.

Le syndrome chinois+le syndrome Rio-Paris, sans doute !

Prudence est mère de sureté

Alors que partout dans le monde, on demande aux banques de relever leur règles de prudence, notamment leur ratio de réserve, la Chine vient de décider d’abaisser les siennes. « Au fou ! » crierez-vous et vous auriez tort. En effet, le ratio de réserves en Europe est plutôt aux alentours de 7% des engagements alors que l’abaissement du ratio de réserves obligatoires des banques chinoises ramène celui-ci à 21%. Les autorités chinoises ne font pas preuve ici d’une grande témérité.

Je te tiens, tu me tiens..(air connu)

Dix secteurs industriels donnent des signes de contraction en Chine et la perspective de croissance du PIB approche les 9%. L’Inde, qui espérait retrouver un taux de croissance de 9% peine à atteindre les 7%. A qui la faute ? Aux Américains et aux Européens qui refusent de consommer. Bientôt, il va falloir un nouveau plan Marshall en faveur de l’Europe et des Etats-Unis si on veut sauver la dynamique de croissance de ces deux pays et éviter une explosion sociale…là-bas.

Publicités
Cet article, publié dans mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s