Chiné dans la presse n°8  » autour et hors G20″

  La chine patine (un peu): c’est bien ce que certains espéraient

L’indice des directeurs d’achat du secteur manufacturier chinois s’approche
dangereusement en octobre de la limite qui sépare croissance de récession. Les
achats étant en général un bon indicateur de l’activité à venir, les autorités
chinoises peuvent à juste titre s’inquiéter de l’impact du manque d’appétit des
Européens et des Etats-Uniens sur leur taux de croissance des prochains mois.
C’est peut-être ainsi que naturellement les équilibres commerciaux vont se
rétablir. Cela présente un autre avantage : l’inflation par les coûts
d’approvisionnement est en train de se ralentir. Cela s’appelle éviter la surchauffe. De ce
point de vue, c’est une bonne nouvelle dans le cadre de l’après-G20.

Ces éléments sont confirmés par les premiers indices  réels d’octobre : l’indice des
prix de détail est revenu à un rythme  de 5.5% annuel, l’indice de production industrielle a baissé de 0.6% en un mois (à 13.2% en rythme annuel quand même), les ventes au détail ont augmenté de 17.2% en rythme annuel et l’investissement immobilier de 31.1% . L’activité décélère donc et s’oriente de plus en plus vivement vers le marché intérieur. Compte tenu d niveau d’activité, cette augmentation de la demande intérieure n’a aucun
impact sur les prix.

La Chine continue de s’équiper

Compte tenu de sa taille et de l’état de ses infrastructures, la Chine a besoin de 10.000 kms de voies ferrées.
C’est un chiffre qui fait rêver nos polytechniciens de RFF. Mais qui fait rêver aussi leurs collègues des chemins de fer chinois si on en croit un article récent paru dans La
Tribune. En effet, en injectant 23 milliards d’Euros ( à comparer aux budgets d’investissement réunis de RFF, SNCF et de toutes leurs filiales), les Chinois arrivent à peine à étaler les dettes qu’ils ont contractées dans leur marche forcée vers un réseau ferroviaire du XXI° siècle,dont un accident, cet été, a montré qu’elle s’était faite aussi au détriment de la sécurité. Nobody’s perfect, même en Chine !

Petit cadeau pour le G20

Le G8 voulait que le G20 demande à la Chine de faire un effort sur sa monnaie. Qu’à cela ne tienne : le Yuan a été réévalué de 7% juste pendant le G20. Mais c’est une tradition, comme la hausse des prix des fruits et légumes sur la Côte en juillet-Août. Mais tout
revient à la normale quelques temps après.

G20 mission accomplie

« augmenter le revenus des ménages, transformer son modèle de croissance, promouvoir une flexibilité accrue des taux de change » Voilà des promesses faites au G20 qui semblent
déjà en passe d’être tenue. En restent deux dont on attend qu’elles se concrétisent : renforcer le système de protection sociale (et on en prend pas le chemin si on en croit les déclarations récentes du Président du fonds souverain chinois C.I.C.), réduire progressivement l’accumulation des réserves de devises étrangères (cela dit s’ils achètent massivement de la dette publique européenne, cela permet de recycler utilement des excédents mais à quel coût politique !)

Hors G20 c’est autre chose

Le Tibet pâtit : c’est bien ce qu’on craignait

C’est ce que rappelle un article paru le 31 octobre dans Libération sous le titre « la France l’allié servile de la Chine » et co-signé par Jean-Marc Brulé Conseil Régional EELV d’Ile de France.

Vous avez remarqué que les officiels ont été discrets sur ce sujet à Cannes et à
Paris. La valeur « Droits des Peuples » n’est pas à la hausse à la Bourse de Hong-Kong !

 

Business as usual !

Les affaires étant les affaires, il était temps que les services secrets américains mettent les pieds dans le plat. Et ils l’ont fait visiblement avec plaisir et en pataugeant bien fort en remettant  au Congrès un rapport au titre évocateur : « Vol de secrets économiques dans le cyber-espace par des espions étrangers » dont les Chinois sont le guest-star et les Russe la
vedette américaine, si on peut dire. Les intrusions informatiques touchent tous le monde : l’administration, les universités et de très nombreuses entreprises. La société de l’information n’a pas que des avantages

Publicités
Cet article, publié dans mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s