Brèves de compteur n° 40

I. Les énergies renouvelables en Bretagne

En matière d’énergies renouvelables, la presse quotidienne régionale souffle le chaud et le froid. Un jour, elle titre « L’éolien en panne » pour mieux affirmer un peu plus tard « En Bretagne, l’éolien citoyen prêt à décoller » mais c’est pour mieux doucher les enthousiasmes avec un troisième titre « photovoltaique au sol. La fin d’une ambition ? », pour titrer enfin quelques jours plus tard « Énergies nouvelles. Un réseau pour les projets citoyens ».

Bref, la PQR ne sait pas où elle en est ou veut nous donner le tournis.

Si on rajoute à cela un rapport rendu public (et j’y reviendrais plus loin dans ce billet)  il y a quelques jours par une société plus connue par ses compétences en informatique qu’en gestion de l’énergie, http://www.fr.capgemini.com/ressources/publications/observatoire-europeen/, on sent bien qu’il y actuellement une pression de la part de certaines puissances d’argent pour nous faire avaler de force des solutions dont manifestement nous ne voulons pas. En particulier, en entretenant le flou et la confusion sur ce qui est possible en Bretagne, d’un côté et en agitant la menace de la rupture énergétique de l’autre, on essaie de faire passer en force l’idée d’une centrale à gaz à cycle combiné dans la région de Brest d’un côté et le maintien du nucléaire à son niveau national de l’autre.

Or si Capgémini produit une telle étude, c’est peut-être parce que les entreprises productrices d’énergie représentent 19% de son activité et qu’il n’est jamais de bonne politique commerciale d’aller dire à ses clients « vous êtes foutus ! Vous êtes ringards ! L’avenir est à d’autres choix technologiques ! »

Or si la PQR se sent obligé de parler des initiatives citoyennes http://www.bretagne-durable.info/content/quelle-transition-%C3%A
ici 9nerg%C3%A9tique-en-bretagne
, c’est qu’elles existent et sont bien vivaces malgré les bâtons qu’on s’ingénie à leur mettre dans les roues. A cet égard, je vous invite à lire particulièrement le n° 26 de « Energethique » éditée par la Communauté de Commune du Mené  http://mene.fr/ ou encore ce qui se fait ici  Eoliennes en pays de Vilaine,

Bonne nouvelle enfin : la première hydrolienne du parc Paimpol-Bréhat a enfin été mise à l’eau. http://www.bretagne.fr/internet/jcms/preprod_114368/parc-de-paimpol-brehat-la-premiere-hydrolienne-immergee?lg=fr

A propos d’hydrolienne, je rappelle que la petite hydrolienne expérimentale d’Ouessant manque cruellement de finances pour aller jusqu’au bout de l’expérience. Nous ne manquons pourtant pas de capitaines d’industrie en Bretagne, capables de financer des projets audacieux en matière énergétique. Des hydroliennes sur notre littoral, cela a peut-être plus d’avenir que des voitures électriques en ville. Et de toute façon, on aura peut-être besoin des unes pour faire marcher les autres. Donc charité bien ordonnée.. Mais peut-être que la charité n’est pas une vertu de capitaine d’industrie.

II. « Le juste prix » ou « qui veut gagner des millions »

Les fournisseurs de gaz attaquent l’Etat sur le prix du gaz

Direct Energie, POWEO, Altergaz et consorts ont introduit un référé contre le gel du prix du gaz au 1° octobre, imitant en cela GDF Suez dont le principal actionnaire est..l’Etat. Certes dans une économie de marché, il vaut mieux prendre en compte les prix du marché mais il faut le faire tout le temps, pas quand cela vous arrange.

Puisque la fin du monopole a été faite pour établir la concurrence au meilleur profit parait-il du client, il faut aller jusqu’au bout de la logique et abandonner cette pratique des prix administrés

Sauf évidemment si on considère que l’énergie est un service public et dans ce cas il n’y avait aucune raison de mettre fin à l’entreprise publique qui assurait ce service à la satisfaction de tous il y a encore quelques années (et sans que cela coûte aux contribuables)

Mais surtout cela éviterait au président de la petite association, ANODE, qu’ils ont créé (Une association, Tiens, Tiens, n’est-on pas en face d’un début d’entente ou de cartel?) d’avoir des arguments aussi pathétiquement stupide que celui-ci « Il est indispensable de vendre le gaz à son véritable prix… pour envoyer au consommateur le juste signal et éviter de faire payer à tous, plus tard, le rattrapage. Mais surtout, cette situation affaiblit la concurrence [et c’est là qu’on atteint au sublime], qui est pourtant le seul garant de prix compétitifs. »

Cette pirouette rhétorique, il fallait l’oser ! Là quand même où il a raison, ce président, c’est qu’on aurait peut-être intérêt à envoyer un « signal-prix » comme on dit pour ralentir la consommation, mais cela ne peut être piloté que par la puissance publique et dans le cadre de tarifs progressifs dont on voit qu’ils sont incompatibles avec une pseudo-organisation du marché telle qu’elle est actuellement.

Pour rebondir sur ce que disait un responsable d’une grande entreprise et que je relatais dans la BdC n° 39 https://dominiqueguizien.wordpress.com/2011/11/02/breves-de-compteur-n%c2%b0-39/

 « Pour l’instant, nous les entreprises ne faisons pas tous les efforts possibles parce que l’énergie n’est pas assez chère. »

Deux points :

1°) l’accord signé discrètement par EDF et un consortium qui s’appellent lui-même « des électro-intensifs »  . En effet en  avril 2010,  26 groupes industriels ont signé un accord de livraison à long terme d’énergie électrique d’origine nucléaire portant sur 13 TWh , accord d’une durée de 24 ans. Le prix d’achat serait de 42 €uros par MWh et l’accord est entré en vigueur le 1° Mai 2010. Si j’en parle maintenant c’est que le J.O. vient de publier un décret qui en gros dit que les quantités livrées à ce consortium sont exclues de l’obligation de revente de l’électricité nucléaire à tous les fournisseurs d’énergie. Cela a permis de découvrir que des entreprises étaient prêtes en 2009 à payer le MWh beaucoup plus cher que le prix du marché à condition d’une garantie d’approvisionnement pendant 24 ans. Cela veut dire deux choses : premièrement elles savent que le prix de l’électricité va exploser et elles ont mis sur la table près de 4 milliards d’Euros d’avance pour avoir cette garantie ; deuxièmement, cela veut dire que EDF est tenu contractuellement pendant au moins 24 ans avec 26 groupes industriels et non des moindres (Air Liquide, Alcan , Arcelor, Arkema, Rhodia, Solvay, Roquette, Total Petrochemicals, Saint-Gobain Isover, toutes les grosses papeteries) et donc qu’on n’est pas prêt chez EDF à sortir du nucléaire.

En voilà qui ont accepté de faire un effort avant pour ne pas à avoir à en faire d’autres plus importants après et cerise sur le gâteau  pour eux : leurs investissement dans le capital du consortium sont déductibles de leur impôt sur les sociétés !

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024725607&dateTexte=&categorieLien=id

 

Décret n° 2011-1403 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n° 2011-554 du 20 mai 2011 pris pour l’application de l’article 4-1 de la loi n° 2000-108 du 10 février 2000 relatif au décompte des droits d’accès régulé à l’électricité nucléaire historique des actionnaires des sociétés de capitaux agréées qui ont pour activité l’acquisition de contrats d’approvisionnement à long terme
d’électricité, mentionnées à l’article 238 bis HV du code général des impôts

En outre, compte tenu des projets des autres pays européens : retrait du nucléaire en Allemagne d’ici 2022, de la Suisse d’ici 2034 et maintenant de la Belgique d’ici 2025, l’énergie d’origine nucléaire va commencer à se faire rare en Europe et si le débat sur l’avenir du nucléaire va à son terme pendant la campagne présidentielle, la question se posera aussi pour la France.

2°)La commission de régulation de l’énergie donne raison aux fournisseurs de gaz et juge « souhaitable » la suppression des tarifs réglementés pour les entreprises. En bonne économie de marché, c’est de la plus grande orthodoxie libérale. En outre, cela va permettre aux fournisseurs d’énergie d’ajuster à la hausse le prix du gaz, ce qui incitera peut-être les entreprises à faire avec le gaz l’effort qu’elles n’ont jamais fait avec l’électricité.
Incidemment, comme il ne vous a pas échappé que l’ancien ministre du développement durable[ et qui n’est pas candidat à l’élection présidentielle] avait signé un paquet d’arrêtés autorisant les plus grandes banques américaines, britanniques et françaises  à devenir fournisseurs d’énergie, on en connait qui vont profiter de cette détarification pour faire ce qu’ils savent faire : spéculer.

III. Petites nouvelles du nucléaire

El-Baradei prédit un bel avenir au nucléaire, en dépit de Fukushima

L’ancien directeur général de l’AIEA  croit réellement que l’énergie nucléaire a encore un bel avenir et que les nuages noirs se dissiperont dès qu’on aura résolu « les petits problèmes de sécurité ». Car en plus ce sera la seule solution pour les économies des pays émergents d’Asie. Je me méfie des phrases « il n’y a pas d’alternatives ». Elles cachent toujours une solution qu’on veut enterrer.
D’autre part, Monsieur El Baradei semble oublier que la principale question de sécurité que posent les centrales, c’est d’abord et avant tout ces déchets qu’on ne sait pas traiter et qui resteront pendant des siècles et des siècles autant d’épées de Damoclés au-dessus des têtes des enfants des enfants de nos enfants. Comme quoi, on peut être l’espoir de la démocratie dans son pays, parait-il, et dire quand même beaucoup de bêtises ailleurs
.

Plusieurs milliers d’emplois seraient menacés chez Areva

On comprend mieux pourquoi Siemens veut quitter le secteur et pourquoi Anne Lauvergeon est partie sans une larme. Il était temps de faire ses valises

IV. L’énergie c’est la santé…financière

BP : le géant pétrolier britannique annonce un bénéfice net part du groupe de 4,91 milliards de dollars au troisième trimestre, presque  triplé par rapport à la même période en 2010 (+175 %).

Total : le géant pétrolier franco(si peu)-belge(encore moins) annonce un bénéfice pour les trois premier trimestre de 2011 de 10 milliards d’Euros. Malgré cela, il ne doit pas verser de primes spéciales à ses salariés puisque ses dividendes n’ont pas augmenté. On plaint les actionnaires et on se demande : » Mais qu’est-ce qu’ils vont faire de tout cet argent ? Rechercher du gaz de schiste ? »

Publicités
Cet article, publié dans développement durable, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s