Comment peut-on être Islandais !

Voilà un pays au milieu de nulle part, c’est-à-dire de l’Atlantique-Nord couvert de glace mais dont les montagnes fument, un pays sans ressources naturelles mais qui semblent bien s’en accommoder.

C’est du moins ce qu’on pensait jusqu’au jour où certains ont trouvé bien bête de vivre simplement mais confortablement de la pêche de la production d’aluminium et du tourisme et se dirent que d’autres iles, aussi dépourvues que la leur de richesses naturelles avaient trouvé la martingale en jouant avec les marchés financiers mondiaux.

Le succès fut immédiat jusqu’à ce que le système se retourne  et que les banques islandaises boivent la tasse.

Courageux et désintéressés comme toujours, les épargnants britanniques et néerlandais se retournèrent contre l’Etat Islandais pour l’appeler en garantie de leur perte : un si petit pays ne peut pas résister à d’aussi puissants créanciers et bien mal leur en prit.

Par deux fois, par référendum, le peuple islandais a fait savoir au monde entier qu’il ne paierait pas avec ses impôts, les bêtises commises par quelques banquiers irresponsables.

Et maintenant, ils vont même plus loin : ils demandent des comptes. Le premier à passer sur la sellette est l’ancien Premier Ministre qui a le droit à un procès pour savoir quelle est sa responsabilité dans la crise de 2008. Quasiment au même moment, le gouvernement islandais s’en prend aux autorités européennes et leur demande d’ouvrir une enquête pour qu’on puisse découvrir comment on a pu autoriser cette demande totalement absurde des gouvernements britannique et hollandais de faire payer à 300.000 personnes les 3.900.000.000 de dollars de dettes dues à la bêtises de quelques uns !

Mais qu’est-ce qui rend ces Islandais si sûr d’eux ?

Premièrement, ils sont sûrs de leur bon droit.

Deuxième, et c’est là un autre paradoxe, ils peuvent se le permettre : en effet, ils ont refusé la dernière tranche d’aide que leur avait accordé le FMI quand ils étaient au fond du trou parce qu’ils n’en ont plus besoin et cerise sur le gâteau, les dettes que le peuple a refusé par deux fois de payer, seront finalement honorées puisqu’en moins de trois ans, la banque coupable a retrouvé les moyens de les éponger.

Bel exemple de rétablissement, mais qui aurait parié le moindre öre sur l’Islande en 2008.

Comme on le scandait dans les manifestations en Amérique Latine, il y a bien longtemps : « Peuple uni, toujours nous vaincrons. »

Au-delà de la leçon de réalisme économique qu’ils viennent de donner, les Islandais pourraient servir de modèle à d’autres pays où les vertus civiques ne sont pas aussi fortement ancrées.

Publicités
Cet article, publié dans démocratie, je dis ton nom, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Comment peut-on être Islandais !

  1. Ping : Panama papers : comment peut-on être Islandais ? | Dominiqueguizien's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s