On se perd en conjecture sur la conjoncture n° 3

Durant l’été, les statistiques s’accumulent sans qu’on les lise vraiment et quand dans la deuxième quinzaine d’août, on y jette enfin un coup d’œil, on se rend compte de choses extrêmement bizarres

D’abord les faits

1°. 2010 : bon cru !

L’ACOSS qui centralise toutes les cotisations sociales des entreprises a encaissé 370 milliards d’Euros en 2010 soit une progression de 2.8% en un an. C’est un peu mieux que la croissance du PIB en Euros courants (+2.3%). En fait quand on regarde plus dans le détail, les cotisations sur salaires du secteur privé (263.7 milliards d’€uros) augmentent exactement au même rythme que l’activité mesurée par le PIB :
+2.3%. Ce sont les autres recettes de l’ACOSS qui augmentent plus vite (+4.2%)
dont les compensations  d’exonération de cotisations qui représentent p8.4 Milliards d’€uros. Il convient de noter que l’État a réduit fortement sa dette puisque 2.9 milliards d’arriérés de compensation ont été versés.

En fait si l’ACOSS va mieux, c’est que le budget de l’État est allé un peu plus mal.

Alors, 2010 : bon cru ?

2°. Et 2011, c’est meilleur ?

Les mauvaises nouvelles

Du côté du PIB, les nouvelles ne sont pas terribles : la croissance  a été de 0% au second trimestre. On pouvait s’y attendre, puisque

*la production industrielle a beaucoup joué au Yo-yo pendant cette période (+1.9% en mai, -1.6% en juin)

*le crédit à la consommation va mal. Le montant accordé sur 12 mois était fin juin au plus bas depuis 2006. Au 2° trimestre, la production de crédit avait même diminué de 1.7% après 4 trimestres de hausse. Certains y voient l’effet de la réforme du crédit adoptée
en juin 2010 à l’initiative de Madame Lagarde

*En juillet, les immatriculations de voitures neuves ont encore reculées de 5.9%. Situation classique : après un gros coup de dopage, il y a toujours un moment de déprime.

* En juin : les soldes précoces ont permis une augmentation de la consommation des ménages de 1.2% mais pour autant sur l’ensemble du trimestre le recul est de 1.8%.

Les bonnes nouvelles

*En juin : les soldes précoces ont permis une augmentation de la consommation des ménages de 1.2% mais pour autant sur l’ensemble du trimestre le recul est de 1.8%.

*Le déficit des comptes courants s’est réduit en juin passant de 5,5 milliards à 3,4 milliards, les échanges de biens et services expliquant en grande partie cet écart (déficit de 7.5 milliards en mai et de 5.8 milliards en juin). Par contre pour les services, ça va bien merci (1.5 milliards d’excédent en juin contre seulement 0.8 milliards en mai) . Le reste est stable : transferts courants toujours déficitaires à hauteur de 2,2 milliards et solde des revenus un peu moins positif : 3,1Milliards contre 3,4 milliards un mois plus tôt.

Conclusions (absurdes?) : Moins on produit, moins on importe !

Et dire que nous pensons que la consommation doit être le moteur de la croissance !

Et tant que nous nous obstinerons à privilégier cette voie, nous ne connaîtrons que des avanies. Une économie ne peut pas éternellement vivre d’aide à la consommation et de ventes artificiellement promotionnelles

3°) et du côté de l’emploi

Bond du chômage en France au mois de juin et de juillet

Le nombre de demandeurs d’emploi sans activité en France métropolitaine a bondi de 1,3%  en juin et de 1,7% en juillet, à 2,760 millions, pour son troisième mois consécutif de hausse. En juin, le nombre de personnes sans aucun emploi s’est gonflé de 33 600 (+1,5% depuis janvier) et le total des demandeurs d’emploi a augmenté de  25 200 par rapport à mai, soit une variation sur un an de + 4 %. 2.026. 400 personnes sont indemnisées par les ASSEDIC et 416.500 par l’État, ce qui fait quand même 277.100 personnes indemnisées par ….personne

Comme en mai, la détérioration n’a épargné personne : jeunes, seniors, chômeurs longue durée… Le total des personnes en quête d’emploi, y compris celles exerçant une activité réduite, a également augmenté, de 0,6 %, pour atteindre 4 103 700, selon le ministère du
travail. En comptant les départements d’outre-mer, 4 368 200 personnes étaient inscrites au Pôle emploi fin juin. Alors qu’ils étaient en baisse depuis le début de l’année, les chiffres sont repartis à la hausse en mai[MdlJ1] .

Mais des bonnes nouvelles du côté de l’emploi

D’après l’INSEE, l’emploi salarié des secteurs marchands continue de progresser de 68.300 postes et tous les secteurs y contribuent (tertiaire : +57.200, construction : +4.500,
industrie : +6.600)

D’après l’ACOSS, les embauches d’une durée supérieure à un mois, hors intérim ont progressé de 4.3% en juillet  et cela touche aussi l’industrie

D’après l’ACOSS toujours, les heures supplémentaires ont atteint un maximum depuis la promulgation de la loi TEPA : 186.3 millions d’heures au cours du 2° trimestre contre 176,1 millions un an plus tôt. Les secteurs où la hausse en un an est la plus forte : industries
extractives (+23.8%), fabrication de matériel de transport (+22.1%), hébergement et restauration (+17.7%), mais les gros contingents restent encore : la construction (33.7 millions d’heures supplémentaires), la réparation automobile (31.6 millions HS), le transport-entreposage (20.5 millions HS) et hébergement-restauration (18.2 millions HS)

D’après un autre baromètre, Prisme, l’emploi en intérim a beaucoup progressé en juin : +7% en glissement annuel et cela dure depuis le début de l’année. Le plus pourvoyeur
de contrat d’intérim est  l’industrie (52,5% des contrats)

Enfin dernière bonne nouvelle sur le front de l’emploi, le nombre d’offres d’emploi confiées à l’APEC a progressé en un an de 67% (477.047 offres publiées entre août 2010 et juillet 2010)

Du coup l’ACOSS prévoit une augmentation de ses recettes due à l’augmentation de la masse salariale de 3.4%. Il ne faudra pas trop compter sur les recettes fiscales complémentaires cette année. Avec une prévision de croissance du PIB que « le consensus » fixe maintenant à 1.4%, il n’est pas sûr que l’État puisse apurer sa dette,
déjà qu’il faudra payer la note des Heures Supplémentaires TEPA : 1.515 millions !

Multiples paradoxes

Premier paradoxe : les perspectives industrielles ne sont pas faramineuses et pourtant l’emploi est dynamique dans ce secteur. Y aurait-il transferts des CDI vers des CDD, intérim et heures sup’ (voir le secteur « fabrication de matériel de transport »)?

Deuxième paradoxe : les indicateurs avancés de l’emploi (intérim, CDD supérieur à un mois) sont bons et les chiffres du chômage sont mauvais. Est-ce à dire que les chiffres du chômage de la rentrée vont être bons et que nous étions dans le creux de la vague?
Wait and see

Troisième paradoxe : le PIB stagne et l’emploi augmente. Ceux qui nous dirigent auraient-ils trouvé la martingale de la non-croissance riche en emploi ? Ou la qualité des
emplois proposés est en train de se dégrader plus vite qu’on ne le pense ?

Quatrième paradoxe, lié au précédent : la production stagne, la masse salariale augmente. Est-ce un effet de la perte de productivité globale ? ou un début de redistribution de la valeur ajoutée en faveur du salariat ?

Du coup, on se perd en conjectures sur la conjoncture

Et pendant ce temps-là….

Chômage : alors que le chômage atteint un niveau très élevé en France et progresse à nouveau (+ 33 600 en juin, pire en juillet), l’Allemagne se situe beaucoup plus bas : le taux de chômage a été de 7 % ce mois-ci, une légère hausse par rapport à juin, selon des chiffres
jeudi qui s’expliquent par des facteurs saisonniers. Si le taux espagnol (21% de chômeurs) fait frémir, les taux néerlandais (4.1%) et autrichien (4%) font rêver. Fin juin il y avait 22.470.000 chômeurs soit 38.000 de moins que le mois précédent.


 [MdlJ1]Sans
compter que mécaniquement à partir du 1° juillet 2011, ce sont environ 8.700 de
plus qui  vont continuer à pointer au
chômage : les chômeurs nés après le 1° juillet 1951 dont l’âge de départ à
la retraite a été reculé de 4 mois et qui devront continuer de pointer.

Publicités
Cet article, publié dans l'économie comme on la subit, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s