chronique d’une mondialisation heureuse n°3

1°.Bientôt des « casques verts » du changement climatique à l’ONU ?

Les nuages radioactifs ne connaissent pas les frontières, c’est bien connu, de même que les pollutions de fleuves. Les nuages, les dépressions et les anticyclones encore moins. C’est pourquoi s’il y a bien un sujet qui dépasse les compétences des Etats Nations, c’est celui de l’environnement et de sa préservation. C’est pourquoi cette réunion spéciale du Conseil de Sécurité des Nations Unies est importante puisqu’elle reconnait que les risques de conflit climatique doivent faire l’objet de la même attention que les autres risques de conflit. Les réticences de certaines puissances en disent cependant long sur le chemin qu’il reste à parcourir pour aller vers une mondialisation heureuse.

« Bientôt des « casques verts » du changement climatique à l’ONU ?

Les scientifiques ont depuis longtemps prédit le déclenchement de conflits, dans les années à venir, du fait du changement climatique. Cette semaine, c’était au tour du Conseil de sécurité de l’ONU, dans le cadre d’une réunion spéciale sur le climat, d’examiner très sérieusement la nécessité et la pertinence de l’intervention des Nations unies dans les violences notamment causées par l’augmentation du niveau des mers et la raréfaction des ressources…..

Lire la suite à partir de ce lien : http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/07/22/bientot-des-casques-verts-du-changement-climatique-a-lonu/

2°. LES VALEURS DE L’AMITIÉ SONT AU COEUR DE L’ONU

Ce genre de communiqué fait un peu boy-scout mais sans cette forme de candeur, on aura du mal à imaginer une mondialisation heureuse ou si vous
préférez, sereine !

« Communiqué ONU New York, Jul 30 2011  2:50PM

A l’occasion de la Journée mondiale de l’amitié, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a souligné samedi que les valeurs de l’amitié, telles que la confiance et le respect, sont au coeur du mode de fonctionnement de l’Organisation.

« Les piliers qui soutiennent de solides amitiés personnelles – la confiance, le respect, la prise de décisions dans l’intérêt des deux parties – sont les mêmes qui occupent une place importante dans la communauté des nations », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon dans un communiqué.

« Les activités et les idéaux des Nations Unies sont imprégnés de l’idée d’amitié. La Charte proclame que l’un des buts de l’Organisation est de développer entre les
nations des relations amicales », a-t-il ajouté.

Les mêmes termes figurent dans le préambule à la Déclaration universelle des droits de l’homme. La Constitution de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) évoque la nécessité d’une paix qui ne repose pas sur « les seuls accords économiques et politiques des gouvernements » mais qui soit établie « sur le fondement de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité ».

« L’initiative des Nations Unies concernant l’Alliance des civilisations vise à améliorer la coopération et la compréhension entre les nations et les peuples représentant toutes les cultures et toutes les religions, notamment à s’opposer aux forces qui alimentent l’extrémisme », a souligné le chef de l’ONU.

« L’amitié, l’harmonie, la tolérance, le respect mutuel et l’intérêt commun : autant de concepts qui font partie du corps même de l’Organisation. Ils inspirent nos activités, depuis le maintien de la paix et la défense des droits de l’homme jusqu’à l’action que nous menons ensemble pour réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement. Ils sont désormais au coeur de la Journée internationale de l’amitié, célébration nouvellement instituée par l’Assemblée générale aux termes d’une résolution qui met en valeur le potentiel offert par l’amitié pour « jeter des ponts » et inspirer les efforts de paix », a-t-il conclu.

La Journée internationale de l’Amitié est une initiative qui fait suite à la proposition faite par l’UNESCO et reprise par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1997, qui définit la culture de la paix comme un ensemble de valeurs, d’attitudes et de comportements qui reflètent et favorisent la convivialité et le partage fondés sur les principes de liberté, de justice et de démocratie, tous les droits de l’homme, la tolérance et la solidarité, qui rejettent la violence et inclinent à prévenir les conflits en s’attaquant à leurs causes profondes et à résoudre les problèmes. »

3°. Aucun système ne peut fonctionner sans une norme commune admise de tous

Il existe un marché des crédits carbone parce que les industriels se sont mis d’accord sur des normes d’émission de CO² et cela a permis le développement d’échanges entre pays très producteurs de CO² et d’autres beaucoup plus raisonnables (parfois par nécessité). Dans le bâtiment, une telle norme n’existait pas. C’est pourquoi l’initiative du PNUE est importante pour mesurer les efforts que les pays feront pour diminuer l’impact de leurs constructions futures. Compte tenu de l’importance des émissions de carbone des habitations et des bureaux dans la production mondiale de gaz à effet de serre, on comprend tout de suite l’intérêt d’un tel outil pour contrôler et maîtriser le réchauffement climatique

« NewsYork, Aug  3 2011  5:50PM

 

Un outil développé par Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) pour mesurer la consommation d’énergie et les émissions de carbone des maisons et des bureaux est actuellement étudié par l’Organisation internationale de normalisation (ISO) et pourrait à l’avenir servir de norme internationale.

La Métrique commune du carbone, développée par l’Initiative Bâtiments durables et Climat du PNUE, pourrait ainsi devenir une base utile pour les architectes et
le secteur de la construction….

Lire la suite ici http://guizien.hautetfort.com/archive/2011/08/04/un-outil-de-l-onu-mesurant-les-emissions-de-carbone-pourrait.html

4°.L’Antartique, patrimoine commun de l’Humanité bénéficie de règles spéciales

L’Organisation maritime internationale a raison de vouloir imposer des règles draconiennes en matière de prévention des pollutions maritimes dues aux hydrocarbures car l’Antartique est encore une zone préservée. Mais imposer de telles règles contraignantes ici sous-entend qu’ailleurs, le non-respect de ces règles est admis et donc qu’ailleurs, l’environnement peut supporter cela. Si nous voulons que notre monde vive mieux peut-être faudrait-il s’inspirer de ce qui est la norme en Antartique plutôt que le laisser-faire toléré partout ailleurs ? Cela est peut-être la condition d’une mondialisation plus heureuse !

OMI : NOUVELLE RÉGULATION SUR LA POLLUTION MARINE DANS L’ANTARCTIQUE

Communiqué ONU New York, Aug 1 2011 1:50PM

L’Organisation maritime internationale (OMI) a annoncé lundi l’entrée en vigueur d’une nouvelle régulation permettant de mieux lutter contre la pollution dégagée par
les navires transitant dans la région de l’Antarctique….

Lire la suite ici http://guizien.hautetfort.com/archive/2011/08/02/omi-nouvelle-regulation-sur-la-pollution-marine-dans-l-antar.html

Publicités
Cet article, publié dans mondialisation quand tu nous tiens, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s