Brèves de compteur n° 27 spécial politique énergétique

1°) Terra Nova s’intéresse à la sortie du nucléaire et de manière générale à la politique énergétique de la France pour les 25 prochaines années

Terra Nova se présente comme le think tank progressiste et à ce titre s’attaque à toute sorte de sujet dont celui de la politique énergétique

http://www.tnova.fr/content/ma-triser-l-nergie-un-projet-nerg-tique-pour-une-soci-t-responsable-et-innovante

On peut avoir son opinion sur les choix énergétiques de la France et cette opinion peut être différente de celle développée dans la note ci-dessus, il faut quand même reconnaitre à cette note le mérite de poser le dilemme énergétique en d’autres termes que le simpliste « nucléaire : oui ou non ? ». On peut juste regretter que Terra Nova ne prenne en compte dans la question énergétique que l’électricité et que dans ce cadre, cette fondation ne pose pas au moins un regard critique sur l’organisation du réseau de production et de distribution de l’énergie électrique en France. Evoquer l’alternative d’un réseau décentralisé aurait sûrement permis d’élargir ce qu’il appelle le débat de la mandature à un débat plus large qui touche à l’organisation de la société, à l’aménagement du territoire et à la conception du développement. Ceci est peut-être le débat politique majeur que nous n’avons pas tranché depuis les querelles centralisateurs/décentralisateurs qui datent au moins des premières années de la Révolution Française

2°) Rien de tel qu’une bonne petite panique pour  faire passer une hausse de prix

L’AIE a publié une mise à jour de son rapport  »Economiser l’électricité en urgence », dans lequel elle dresse des études de cas de pays ayant mis en œuvre des stratégies d’économies
d’énergie pour limiter les conséquences des coupures d’électricité.

Lire la suite à partir du site ci-dessous

http:/ http://www.actu-environnement.com/ae/news/politiques-economies-energie-aie-coupures-electriques-13076.php4#xtor=ES-6

C’est vrai qu’à la première lecture on se dit que cela prépare une hausse généralisée du prix de l’énergie et que c’est encore un de ces coups d’esbrouffe des grands groupes pour nous
préparer psychologiquement à une hausse des prix et donc de leurs profits. Sauf que dans ces expériences décrites, il y a un gros fond de réalité : dans la plupart des pays, les réseaux sont en limite de rupture et que le meilleur moyen de faire baisser la pression, c’est de nous accoutumer peu à peu à nous passer de cette énergie qui fonctionne sur nos économies comme un produit dopant. Le sevrage sera dur : c’est ce que disent des gens comme Négawatt depuis des années. Il n’est pas trop tard pour y réfléchir et pour agir en
conséquence.

3°) Il n’empêche que dans quelques pays, l’électricité nucléaire reste incontournable.

Dans l’élan moderniste des années 60, plusieurs pays ont fait le choix du nucléaire avec plus ou moins d’intensité. Trois pays ont fortement investi dans cette filière : le Japon, la Grande-Bretagne, la France. Tout le monde a en tête, les déclarations récentes de Notre président. Voici la position des deux autres pays :

http://www.developpementdurable.com/politique/2011/07/A6099/japon-vers-une-sortie-du-nucleaire.html

http://demetentreprises.wordpress.com/2011/07/25/la-grande-bretagne-relance-son-programme-nucleaire/

L’un veut sortir du nucléaire, l’autre rester et se développer. Si on rajoute la décision de l’Allemagne, cela fait pour l’instant, en ce qui concerne les pays anciennement développés, un match nul parfait 2 -2. Mais comme par hasard, les tenants du nucléaire et les tenants de l’abandon du nucléaire n’ont pas la même histoire récente, notamment en terme de politique de défense. Avoir l’arme nucléaire et vouloir continuer à développer son énergie nucléaire serait-il lié ?

4°)D’après une étude de RTE publiée à la fin du mois de juillet, ramener la  part du nucléaire de 75% à 50% d’ici 2030 nécessitera une accélération du développement des énergies renouvelables

http://www.rte-france.com/fr/actualites-dossiers/a-la-une/bilan-previsionnel-2011-rte-publie-les-perspectives-a-long-terme-de-l-equilibre-du-systeme-electrique

Comme RTE est un transporteur d’énergie, il n’analyse la question des choix énergétiques que comme un transporteur. A noter que dans les scénarios de RTE, la réduction de la consommation d’énergie est réduite à la portion congrue, le photovoltaïque se développe peu et devient même moins important que la technique centrale dites « cycles combinés à
gaz ». Donc même avec beaucoup de mauvaise b.volonté on peut arriver à faire passer le nucléaire sous la barre des 50%.Qu’est-ce que ce serait si on avait une politique réellement volontariste de sortie progressive du nucléaire ?

5°)La piste forestière

La France possède des forêts importantes et insuffisamment exploitées, ce qui excite la cupidité de beaucoup, les forestiers en premier lieu, les ingénieurs agronomes, mais aussi
des énergéticiens qui y voient là une source quasi inépuisable et renouvelable d’énergie

http://www.novethic.fr/novethic/ecologie,energies,energies_renouvelables,energies_renouvelables_bois_en_bonne_place_horizon_2020,134519.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

J’aurai sur ce sujet les mêmes interrogations que sur le développement de la filière méthanisation. Attentionde ne pas laisser les processus s’emballer de de passer d’une gestionrenouvelable à une surexploitation. Les effets contreproductifs feraient alors
d’une filière vertueuse une catastrophe écologique

6°)Nucléaire : la Chine a mis en service son premier réacteur à neutrons rapides, dit de 4e génération, une technologie grâce à laquelle elle veut réduire saconsommation d’uranium et minimiser la production de déchets radioactifs

Le 26 août 2008, le CEA, son équivalent japonais et son équivalent américain avaient signé un accord de coopération sur cette technologie particulière qui apparaît pour une partie de la communauté scientifique comme la seule permettant de faire un nucléaire
politiquement acceptable par des populations de plus en plus réticentes. Mais il faut être conscient que cela n’empêchera pas que les réserves d’uranium resteront limitées, que la question des déchets radioactifs ultimes n’est toujours pas résolu, ni que le sodium utilisé dans cette technologie continuera à s’enflammer au contact de l’eau. Du coup ce qui se passe en Chine à de quoi nous inquiéter car il n’y a pas encore là-bas d’opinion publique capable de s’y opposer comme en France par exemple où le Superphénix avait fini par céder à l’opinion publique?

7°) « Le ministre chargé de l’industrie et de l’énergie a assuré le 25 juillet 2011 sur France Inter qu’il n’y a pas de scénario actuel d’entrée d’EDF dans AREVA. »

Pas de mariage en vue donc entre EDF et Areva, d’après la duchesse douairière chargée de les chaperonner, Monsieur E.B. Mais il n’empêche qu’on a vu ensemble Luc Oursel et Henri Proglio lors d’une visite très médiatisée. Rappelons-nous que ça a commencé comme ça pour Charles et Diana, pour Albert et Charlène : des visites officielles
ou privées  largement médiatisées mais totalement « innocentes » !

Publicités
Cet article, publié dans développement durable, entreprises, l'Etat régalien, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s