venelle des entrepreneurs n°5

Il faut simplifier les normes applicables aux entreprises !

C’est le mot d’ordre du rapport remis par le parlementaire Warsmann au Président de la République. Ce rapport présente 280 mesures qui feront l’objet d’une proposition de loi. On souhaite bon courage aux parlementaires qui vont examiner cela à l’automne.
Pour faire simple, énonçons les 11 propositions phares :

Le coffre-fort numérique d’entreprise

La dématérialisation d’une série de formalités

Des déclarations fiscales moins complexes

Des bulletins de paie « plus simples et plus lisibles »

L’extension des possibilités d’obtention d’un rescrit social (comme il existe un rescrit fiscal)

La simplification des procédures d’embauche des salariés en alternance

L’accès plus facile des PME aux marchés publics

Des formalités « plus fluides » à l’export

L’extension des possibilités de télédéclaration dans le secteur agricole

La simplification des déclarations annuelles de capacités financières par les entreprises de transport

Une simplification de paiement des cotisations sociales pour les travailleurs indépendants

Le président s’est dit intéressé par ces 11 propositions. IL faut dire que formulées ainsi, il aurait eu du mal à dire autre chose. Mais du « Yaka-Faukon » au « et maintenant, comment fait-on ? », le pas à franchir est parfois immense et il semble qu’il soit difficile à franchir par le monde politique et les administrations. Depuis le temps que certaines de ces propositions sont sur la table, on peut en effet s’étonner qu’aucun gouvernement n’ait réussi à les mettre en œuvre. Si on élimine les inévitables propositions gadgets, qui reviennent, comme l’acné sur les joues adolescentes, à l’approche de chaque campagne électorale, voilà peut-être une bonne base pour juger de l’intérêt que les uns et les autres
portent au développement réel des entreprises.

Les heures sup’, c’est une affaire qui marche !

En 2009, deuxième années de fonctionnement de la loi TEPA, deux salariés sur trois ont fait des heures supplémentaires MAIS :

14% d’entre eux n’ont perçu aucune rémunération supplémentaire  pour cela (dont 35% chez les cadres)

68% d’entre eux ne souhaitaient pas en faire contre 29% qui souhaitaient en faire plus.

Donc quand on dénonce les méfaits de la loi TEPA (niches fiscales à 4 milliards), on dénonce en fait 55% des salariés qui en profitent, dont les 2/3 à l’insu de leur plein
gré !

Quand le sapeur Camembert aide les jeunes salariés !

Les partenaires sociaux sont parvenus à un accord pour aider financièrement les jeunes salariés .40 millions on été trouvés pour des aides au transport, au logement, à la mobilité et à l’équipement de 170.000 jeunes salariés. Cela fait une aide moyenne de 235 Euros : un pactole ! Mais le plus drôle est que ces 40 millions viennent d’un fonds de l’UNEDIC destiné à la création ou la reprise d’entreprises, fonds parait-il peu utilisé. Grosso modo, les partenaires sociaux font comme le sapeur Camembert : ils remplissent le trou avec la
terre prise dans le trou d’à côté. Je suis sûr que les chômeurs-créateurs d’entreprises ont apprécié le geste.

6839 Euros pour retrouver un emploi : c’est en moyenne la somme que la Commission Européenne accepte de verser à chaque salarié « fragile » licencié par Renault
et ses sous-traitants. C’est le Fonds européen d’ajustement de la mondialisation qui sera mis à contribution. Quand on compare ces 24.5 millions d’agent public avec la rémunération de certains dirigeants de ce groupe, on est parfois songeur !

Il y en a qui réinventerait la roue tous les jours !

Ils se sont mis à trois pour signer une convention de partenariat articulée autour des axes suivants :

-réfléchir aux besoins des PME en fonds propres (sic!)

-mieux faire connaître aux entreprises les outils de financement à leur disposition (re-sic!)

-rendre les dispositifs plus lisibles dans les régions (re-sic bis!)

Qui sont ces mystérieux signataires qui vont enfin résoudre la question du financement
des PME  avec des recettes nouvelles et efficaces?

La Caisse des Dépôts et Consignations,

sa filiale CDC Entreprises

et la CGPME.

Il y en a qui réinvente la roue tous les matins et en plus ils éprouvent le besoin de
l’écrire. Face à de telles mômeries, on hésite entre le fou-rire et la sainte colère. Que ne l’ont-ils pas fait depuis des lunes que c’est leur métier et leur raison d’être ?

Alors qu’il est si facile de se servir des roues qui existent déjà.

L’article du Figaro ci-dessous nous rappelle que les Français sont majoritairement prêts à investir dans les PME de moins de 20 salariés. Certes, on peut penser que l’auto-entrepreneur n’est pas forcément la meilleure façon d’entreprendre, il n’empêche que l’idée émise, de la création d’un livret E est loin d’être stupide. On devrait en parler aux
patrons de la Caisse des dépôts et au Président de la CGPME. Sans compter qu’il existe déjà moult initiatives en la matière, dont France Initiatives, les réseaux de CIGALEs, etc…

http://www.lefigaro.fr/societes/2011/07/10/04015-20110710ARTFIG00211-les-francais-prets-a-investir-dans-l-economie-locale.php

Publicités
Cet article, publié dans entreprises, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s