Le paradoxe de l’ENA

D’après un sondage effectué par IPSOS pour Acteurs Publics

http://www.acteurspublics.com/article/29-06-11/les-cadres-publics-veulent-plus-d-etat-que-les-francais

Les grandes fonctions régaliennes font un tabac auprès des hauts fonctionnaires et de la
population avec en tête la justice (93% des hauts fonctionnaires et 65% de la
population souhaitent que cela reste une compétence exclusive de l’État) devant la défense et la sécurité publique. En queue de peloton, on trouve les interventions en faveur de l’emploi et de l’économie.

Plus surprenant par contre sont les domaines où nos hauts fonctionnaires souhaiteraient  que l’État soit plus présent : l’énergie[MdlJ1]  et le logement et les transports[MdlJ2] .

C’est pourquoi dans un tel contexte on est surpris de la répartition  des emplois offerts aux élèves de l’École d’Administration qui rentreront dans la vie active en décembre 2011

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024277032&fastPos=1&fastReqId=492681592&categorieLien=id&oldAction=rechTexte

Arrêté
du 29 juin 2011 portant répartition des emplois offerts aux élèves de l’École
nationale d’administration achevant leur scolarité en décembre 2011

 

Évidemment on retrouve en tête le traditionnel scandale des 15 postes dans les Grands Corps,  Conseil d’État, Cour des Comptes, Inspection Générale des Finances,  postes qui nécessitent une grande expérience qu’aucun sortant de l’ENA ne peut prétendre avoir.

Mais le plus surprenant est la répartition des postes  des administrateurs civils :

Ministères économiques : 16 postes

Ministère de l’Intérieur : 9 postes

Ministères sociaux : 6 postes

Ministère de la défense : 4 postes

Ministère des affaires étrangères : 4 postes

Ministère de l’écologie, logement transport : 4 postes

Ministère de l’éducation : 2 postes

Ministère de l’agriculture : 1 poste

Ministère de la culture : 1 poste

Ministère de la justice : 0 poste

Ceci veut dire que l’Etat va affecter la quintessence de ses nouveaux hauts fonctionnaires là où leurs anciens pensent qu’ils seront le moins utile et aucun là où les mêmes pensent que cela constitue le « cœur de métier ». On ne sait quoi en penser mais cela est paradoxal. Toutes les hypothèses peuvent être envisagées dès lors : depuis, le « ils sont tellement nuisibles qu’au moins là, ils ne feront pas de dégât ! » des anti-énarques primaires, jusqu’au « ça ne m’étonne pas de l’Etat, s’il était un bon patron, ça se saurait » en passant par « ça ne m’étonne pas d’eux dès qu’il s’agit de travailler pour de bon, ils se défilent »
mais je n’aurais de garde d’oublier cette autre hypothèse « c’est tellement compliqué à gérer dans ce ministère, qu’il vaut mieux que les sortants d’Ecole aillent s’aguerrir ailleurs avant de venir s’y attaquer ! »
C’est d’ailleurs ce qu’à sa façon, le le président de l’Union Syndicale des Magistrats suggère lorsqu’il déclare à Acteurs Publics «  Les fonctions clés de la justice doivent être confiées à des magistrats et non des administrateurs civils. »
Toutefois, on a envie de leur demander : « Depuis le temps que vous avez les clés du véhicule, comment se fait-il qu’il avance aussi mal ? »


 [MdlJ1]C’était
bien la peine de privatiser  à tour de
bras

 [MdlJ2]Est-ce
bien la peine de vouloir privatiser à tour de roues ?

Publicités
Cet article, publié dans administration publique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s