R Comme Radar, Rom, Retards

1) Au rendez-vous  des radars :
Pour la première fois depuis le début de
l’année, les statistiques de la mortalité routière sont redevenues
encourageantes : -5.7%. Un pourcentage ce n’est pas très parlant. Mais si
je vous dis 19 morts de moins c’es à dire 19 drames en moins, ça vous parle
plus ? Est-ce là le premier effet de la polémique lancée un peu
imprudemment par un responsable ? Est-ce que le fait d’en parler autant a
fait prendre conscience à de nombreux automobilistes qu’ils avaient, de
nouveau, tendance à avoir des semelles de plomb au volant. Si tel est le cas,
ce responsable est vraiment un as de la « communication subliminale »
et il cache bien son jeu !

Du coup poussons plus loin l’analyse et demandons ce qu’on va bien pouvoir faire avec ces radars pédagogiques ? Cela me donne une autre idée : puisque c’est l’idée du radar et le discours sur l’idée du radar qui produit des résultats, si on inversait la démarche : on maintient les panneaux d’annonces de radars et…on supprime les radars derrière. Cette solution présente plusieurs avantages : plus de problème de maintenance, plus besoin d’entretenir à Rennes une escouade de fonctionnaires pour traiter les centaines de milliers de PV, plus de situation rocambolesque du genre « un tracteur aveyronnais
flashé à 145 km/h sur l’A1 » et un inconvénient : elle tarit la source financière.

Mais je m’emporte et je me laisse aller sur la base d’un chiffre.

Et si tout simplement cettebaisse de 6% n’était due qu’au fait qu’en 2011, il n’y avait aucun pont si cen’est le viaduc de l’Ascension !

2°) Roms eternels : Ratzinger vient de rappeler à l’Europe de ne
pas oublier la douleur « trop peu reconnue » de l’extermination des
Roms et demander aux pays européens de les protéger de toutes
« vexations ». Mais quelle mouche l’a donc piqué ? Est-ce la
proximité de Roms/Romains , comme « Sainte Eglise Romaine », toujours
est-il que l’évêque de Rome en embête plus d’un en Europe à commencer par
les…Roumains. Comme disait l’autre, Rome n’est plus dans Rome (et
réciproquement)

3°) Retard : le retour du « chat noir » : dès que
je reprends le train, reprennent mes mésaventures ferroviaires. Cela faisait
bien deux mois que je n’avais plus pris un TGV
Et bien cela n’a pas loupé : le TGV a eu du retard. Pas 2 ou 3
minutes mais 20 bonnes minutes sur un trajet qui fait quand même à peine 3h 30.
Et je dois dire que la SNCF ne manque pas d’inventivité pour créer des
incidents. Ici le retard était dû à l’absence….du conducteur (appelé
« équipe de traction »). On se dit ; « une panne de réveil,
ça peut arriver. C’est condamnable mais ça existe et que celui-ci qui n’a
jamais été à la bourre lui jette la première Prem’s  » et on rajoute in petto « J’espère qu’il va se faire saquer, ce syndicaliste de … » parce qu’il est forcément
syndicaliste. Le plus drôle c’est qu’en arrivant à Paris, la SNCF s’excuse
platement des 20 minutes de retard non indemnisé en le justifiant ainsi
« en raison d’une défaillance dans l’acheminement du personnel. » Que
la SNCF ne sache plus amener ses clients à l’heure, on s’y fait ! Mais ne
plus pouvoir amener son personnel à temps ? C’est un comble. On comprend
que Pepy veuille nous vendre des trains à horaires variables

Publicités
Cet article, publié dans COUPD'GUEULE, l'Etat régalien, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s