Brèves de compteur n° 15

1°. Le tarif du gaz continue à monter alors qu’une étude faite par 4 ingénieurs ( 2 des Mines et 2 des Ponts, eaux et Forêts) pour justifier la continuation des explorations en matière de gaz de schiste indique que depuis plus d’un an maintenant le prix du gaz ne cesse de baisser (« Les hydrocarbures de roche-mère en France », rappport provisoire, page 7), en Europe comme dans le reste du monde. Du coup on comprend mieux la promesse faite par le ministre dont j’ai oublié jusqu’au nom, de ne pas augmenter le gaz d’ici à 2012; pour bien faire, il aurait même dû parler de diminution.

2°. EDF devrait annoncer la création d’un terminal methanier à Dunkerque en compensation de la fermeture de la raffinerie de Total. Il est déjà surprenant qu’un électricien vienne au secours d’un pétrolier mais en plus pour s’occuper de gaz. Franchement le marché de l’énergie ne respecte plus les spécialités. Tiens, au fait on pourrait suggérer à Monsieur Le Drian, président de la Région Bretagne d’exiger un terminal gazier à Brest en contrepartie, tardive certes mais mieux vaut tard que jamais, de la fermeture de l’Arsenal! Pas sûr qu’il ose être aussi bête!

3°. Revoilà la taxe carbone! ça ne va pas faire plaisir à dame Royal mais nous nous en remettrons. C’est une idée de la Commission Européenne, de taxer à la fois les émissions de CO² et la production d’énergie. Le premier résultat le plus palpable sera que le diesel sera pénalisé (Peugeot ne va pas aimer!) et les agrocarburants exonérés (les agro-industriels vont adorer!). Le deuxième résultat sera que tout le monde paiera la taxe (les routiers comme les marins pécheurs  ou les agriculteurs ne vont pas aimer!)

Mais pour ceux que cela tracasse car ils voient déjà les ports bloqués, les autoroutes à la vitesse escargot et les sous-préfectures mises à sac comme d’habitude, qu’ils se rassurent! Ce n’est qu’un projet de la Commission, il reste encore à convaincre le Parlement et surtout que les Etats-Membres se mettent d’accord.

Si cela passe ça va être drôle. En  France la TIPP continuera à favoriser le diesel alors que la taxe européenne va le pénaliser. Pas sûr que le conducteur français, contribuable à son volant défendant, trouve cela bien logique.

4°. ça y est, le gouvernement a tranché en ce qui concerne le prix de revente obligatoire de 25% de l’électricité nucléaire produite par EDF à ses 3 concurrents Poweo, Direct Energie et GDF Suez. Ce sera 42 Euros par Mwh . les 3 « clients » n’auraient voulu payer que 35 euros. C’est quand même 20% d’écart. Sachant qu’EDF produit chaque année environ 420.000 Gwh c’est à dire 420.000.000 Mwh, cette décision représente un cadeau pour EDF de 420.000.000×25%x(42-35) = 728 Millions d’Euros. Une paille!

Mais le plus scandaleux dans l’histoire, ce sont les calculs bizarres que la CRE, s’appuyant sur un rapport d’un haut fonctionnaire , fait pour expliquer que cette hausse va augmenter le prix de vente final de l’électricité de 25 à 30%. D’une part l’énergie nucléaire ne représentera qu’une partie de l’électricité vendue, d’autre part le coût de production de l’électricité (ou son prix de rachat en l’occurrence) ne représente qu’une partie du prix de revient et de toute façon l’augmentation de ce prix de rachat n’est jamais que de 20%. Si on considère que le coût d’achat de l’électricité nucléaire ne représente que 30% du prix de revient, le passage de 35 à 42 Euros du prix de vente d’EDF à ses « concurrents » se traduit mécaniquement par une hausse de 6% du prix de vente, toutes choses égales par ailleurs. Qu’est-ce qui explique le reste?

Tout cela sent la démarche concertée pour nous faire avaler de toutes les façons possibles cette fameuse hausse de 30%.

En effet, il y a d’abord eu le coût de rachat des énergies renouvelables, mais cela n’a eu qu’un temps celui du moratoire. Maintenant, c’est ce prix de revente, imposé par la loi NOME. Et déjà se profile à l’horizon un troisème argumentaire : il va falloir investir pour tirer les conclusions de Fukushima

S’il s’agit de nous préparer à une augmentation générale de l’énergie pour forcer à économiser, autant mettre en place une véritable tarification écologique comme le propose un élu dans les colonnes du journal « Le Monde »

http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2011/03/31/pour-une-tarification-ecologique-et-solidaire-de-l-energie_1500833_3232.html 

Extraits

« …La tarification actuelle, avec des prix fixes du kWh quelle que soit la quantité consommée, est dépassée et peu équitable. Le kWh a le même prix, qu’il serve à alimenter les ampoules du salon d’un foyer modeste ou le home cinéma d’un trader en mal de loisirs. Le kWh gaz a le même prix, qu’il soit utilisé pour chauffer un petit deux pièces ou l’eau de la piscine d’un cadre sup’ bon vivant. »

« ….Il faut la remplacer par des tarifs progressifs de l’énergie. Le principe est simple : les premières dizaines de kWh consommés, qu’ils soient électriques ou fossiles, doivent être proposées à des tarifs très peu élevés. Il s’agit en effet de répondre aux besoins vitaux : avoir un minimum d’eau chaude sanitaire, s’éclairer, alimenter le réfrigérateur… Ensuite, les prix augmentent par tranches : les consommations intermédiaires sont fixées à des coûts proches des coûts actuels ; enfin, plus on consomme, plus le prix unitaire est élevé.... »

Si un tel système se met en place, il sera difficile de le confier à des entreprises privées dont l’intérêt sera de nous pousser à la consommation (ou alors ces entreprises acceptrons de n’être que des collecteurs d’impôts indirects)

Mais en attendant, vivons avec ce que nous avons et gardons à l’esprit cette citation du ministre dont j’ai oublié jusqu’au nom « Les décisions tarifaires à venir seront prises avec le souci de protéger le pouvoir d’achat des Français qui doivent continuer à bénéficier d’une électricité 40% moins chère que dans la moyenne des autre pays européens, grâce au parc nucléaire. » Souvenez-vous en et rappelez-vous que les promesses n’engagent que ceux qui y croient!

5°. Enfin, je ne résiste pas au plaisir de vous citer un extrait du programme socialiste en vue des présidentielles « En France, le nucléaire n’est pas qu’une source d’énergie. Il est un fleuron indistriel, un socle de technologies et de savoir-faire qui ont forgé notre indépendance nationale. Penser notre avenir énergétique présuppose de penser l’avenir de notre industrie nucléaire.  » Parfois, on pourrait croire que le ministre dont j’ai oublié jusqu’au nom est encore responsable des études économiques au PS.

Publicités
Cet article, publié dans développement durable, l'économie comme on la subit, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s