SP= sécurité publique ou sécurité privée? (suite)

Ce qui suit est une suite à cet article https://dominiqueguizien.wordpress.com/2010/09/14/sp-securite-publique-ou-securite-privee/

Les milices privées

1°) Le rôle des sociétés privées de sécurité se renforce et elles embauchent à tour de bras.  

Avec un effectif total de 200.000 salariés, elles talonneront bientôt police et gendarmerie nationales (248.000 fonctionnaires et militaires pour l’instant avant les prochaines lois de finances).

C’est dans la logique du discours présidentiel qui en fin 2008 parlait de “coproduction” de la sécurité.

.2°)La police et la gendarmerie ont obtenu en marge de la discussion budgétaire de ne plus assumer ce qu’, ensemble, elles appellent les “tâches indues”, c’est à dire les gardes statiques devant les ministères (ce qu’on appelle délicatement “les pots de fleur”), les transferts de détenus vers les tribunaux, les transferts et les gardes de détenus hospitalisés mais aussi un allégement du service de protection des personnalités

.Pourquoi ces mouvements me direz-vous?

Il y a évidemment des raisons financiaro-comptables : un salarié du privé coûte sensiblement moins cher qu’un fonctionnaire puisqu’il est payé à la prestation et sur une base horaire et surtout son salaire de base est plus faible vu le faible niveau de formation de recrutement. Mais ce “louable soucis de préserver les deniers publics”[1]a de sérieux inconvénients.

Comme ce n’est pas cher, on est moins regardant et des entorses à certaines règles déontologiques de base sont de plus en plus souvent constatées Plus grave, certains parmi ces “personnes employées” seraient des repris de justice.

Pour échapper aux contrôles menés par les préfectures, il leur suffit d’opter pour le statut d’auto-entrepreneurs[2].

Il y a surtout des raisons idéologiques. Madame Thatcher disait “il faut affamer la bête” pour signifier qu’il fallait réduire le budget de l’Etat pour réduire l’Etat. Ici, on pourrait rajouter “il faut aussi lui limer les griffes et  lui arracher les crocs.”

Mais me direz-vous, une société où il y aura moins de policier, c’est surement une société où on se sentira mieux vivre. Oui, vous avez raison, sauf si on les remplace par des milices privées et c’est ce qu’on est en train de faire. Une milice privée c’est une armée de mercenaires, qui obéit à celui qui paye, quel que soit ses mobiles. “tu payes, tu commandes!” Ce n’est sûrement pas avec des milices privées que vous feriez de la police de proximité.

Et une fois que ses milices seront dans la place, essayez de les déloger, essayez de revenir en arrière. Elles sont armées, elles ont leur bifteck à défendre et qu’est-ce qui se passera si un nouveau gouvernement veut revenir dans le schéma républicain de la “force publique”. C’est pourquoi, ce débat autour de la LOPPSI2 est important.

Les seigneurs de la guerre

Mais il y a aussi, et ça c’est peut-être plus grave, autre chose qui se trame autour de la sécurité publique et c’est peut-être passé inaperçu. Dans le livre blanc de la défense sorti en 2008 (c’est à dire à peu près en même temps que les déclarations sur la “coproduction de sécurité”), il est fait mention d’un contrat « 10 000 hommes » qui prévoit la mise à disposition de 10 000 soldats en cas de crise interne  et la création du conseil de défense et de sécurité nationale, sous l’autorité du président de la République.10.000 hommes en arme !! Et là, la question budgétaire serait devenu secondaire.

 Manifestement, Certain n’a toujours pas digéré d’avoir vacillé sur sa  base ministérielle lorsque les quartiers se sont embrasés en 2005 et Certain a une revanche à prendre

On peut se demander ce que cela signifie et certaines voix commencent à s’élever dans la hiérarchie militaire de sécurité publique (voir le livre de Hacene Belmellous “opération banlieue”) pour dénoncer une tentation de faire intervenir l’armée dans les banlieues. Pour certains, cela leur rappelle la “bataille d’Alger”, pour d’autres les mines du Nord. Est-ce que après s’être référé à Jaurès puis à Jean Moulin, Certain voudrait prendre modèle sur un autre socialiste, Jules Moch, qui fit tirer sur les grévistes en 1948.

Toujours est-il que le simple fait d’évoquer une telle hypothèse fait froid dans le dos. Derrière tout cela, il y a la sombre attirance de certains pour une forme de guerre civile qui ne dirait pas son nom.Et quand je pense que certains se gaussent de l’état de décadence où était tombé ce magnifique empire qu’était la Chine , réduit au début du siècle passé à un conglomérat de petites principautés mises en coupe réglée par les seigneurs de la guerre. On en reparlera en France dans quelques années si les choses continuent ainsi.

 Rappelons-nous, c’était le mode de fonctionnement de l’Europe au début du millénaire précédent. Je ne suis pas sûr que le Bas Moyen-Age soit notre modèle de développement.

 

 


[1] Aprés tout, c’est avec vos impôts qu’ils sont payés, ces fonctionnaires et avec tous ces déficits, il faut choisir

[2] Quand je vous disait que ce statut n’est vraiment pas la panacée que nous vante Novelli mais ceci m’éloigne de mon sujet. Il faudra que je vous en parle un jour.

Publicités
Cet article, publié dans administration publique, démocratie, je dis ton nom, l'Etat régalien, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour SP= sécurité publique ou sécurité privée? (suite)

  1. eric dit :

    bonsoir,
    le contrat des 10000 hommes auquel vous faites référence n’est pas envisagé dans la perspective de réprimer des émeutes dans les banlieues mais plutôt de développer les actions civilo militaires.
    Les armées ont des compétences en gestion de crise. Ce terme de crise revêt des aspects multiples sans impliuqe obligatoirement une intervention armée. Xynthia a suscité une crise, les innodations du Var ont fait de même.
    or, dans ce contexte l’intervention militaire peut se justifier par l’expérience des unités spécialisées mais également par leurs moyens.
    L’existence auprès des zones de défense d’un ogzd indique que le souci de bénéficier des capacités militaires pour gérer la crise est antérieur au dernier livre blanc. il s’agit de le développer autour du concept novateur de sécurité nationale.

  2. victoria dit :

    attention a qui vous engager
    0

    0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s